Ereberentzia, groupe de danses basques et béarnaises



Notre voyage en Chine
Ereberentzia a été invité par la Chine en collaboration avec la FNFF, pour participer à deux manifestations internationales, ce voyage a eu lieu au cours de l'automne 2002.
Première étape, Pékin ou nous sommes attendus pour le cinquième « Bejing international Cultural Tourism Festival » qui rassemble 65 groupes venant de 36 pays des cinq continents. Arrivés par 3 vols différents, après 9 heures de trajet depuis Paris, nous avons répété le défilé du lendemain dans un stade avec les autres groupes venus du monde entier et de Chine.
Après une nuit perturbée due au décalage horaire, nous nous mettons en place pour le défilé de 3 kilomètres sur une des artères principales de la ville. Nous devons exécuter une danse d'une durée maximale d'une minute trente devant les représentants officiels de la ville, c'est dur de choisir; toutes nos danses durent plus longtemps. Finalement nous avons décidé d'interpréter Ustaï, danse des vanniers que l'on exécute avec des arceaux, dans une version "raccourcie". La répétition de la veille s'est à peu près bien passée et nous sommes prêts, ..prêts... pas sûr, Malheureusement un arceau est égaré. Ni une ni deux notre bon Thierry trouve au fond d'un entrepôt un morceau de bambou qui, plié et décoré fait l'affaire.
Ouf !






Lé défilé sur la grande avenue de Pékin.
Le défilé se passe bien, les 3 kilomètres semblent moins long que nous le pensions. Nous terminons aux alentours de 11 heures du matin. Notre prestation a bien respecté les 90 secondes imposées. Quelle foule! Immense et dense. Cette foule est principalement constituée de groupes d'écoliers, tous en uniformes, de policiers et de curieux. Les spectateurs sont solidement retenus à bonne distance. L'organisation est sans faille.
Après ce défilé, les groupes étrangers se retrouvent dans une immense salle de réception où tous les folkloristes sont invités à déjeuner ensemble. Cela sera la seule et unique fois que tous les groupes seront réunis. Imaginez une immense salle où sont assis environ mille personnes par table de douze.


Devant la salle de réception, Cliquez pour agrandir!Il y a des représentants de la terre entière, Phillipins, Népalais, Américains, Japonais, Finlandais, Ouzbeks, Hawaiiens, etc.. Nous nous asseyons et derrière nous, nous entendons un chant connu « Chevaliers de la table ronde; goûtons voir si le vin est bon. Chevaliers de... ». Ce sont les Phillipins qui entonnent cet air bien français. Nous les accompagnons avec beaucoup de joie. Une scène est à notre disposition, quiconque veut faire une prestation est bienvenu. Les groupes se succèdent et l'ambiance monte.
Le point chaud de ce repas sera la prestation sur scène d'une fanfare suisse. Quelle ambiance! Il faut imaginer tous ces folkloristes venant d'horizons complètement différents, parlant des langues différentes et tous ensemble faisant une immense chenille au son de cette fanfare, c'était un peu magique.... Nous repartons vers 14 heures.


Avant le repas! Cliquez pour agrandir!Avant le repas, le groupe «chinois» au complet!


Ereberentzia devant la Grande murailleL'après-midi, la visite de la Grande Muraille est prévue. Nous partons en bus pour une heure de route. Une bonne sieste après le repas pantagruelique bien arrosé; il y avait du vin, chinois et bon, à table mais en quantité limitée; nous avons été obligés de faire du troc avec les américains; une bouteille de Coca contre une bouteille de vin. La visite et l'ascension de la Grande Muraille se passent bien. Nous rencontrons bien sûr beaucoup de français, en particulier 2 basquaises de Mauléon car nous sommes restés en costume et nous ne passons pas inaperçus. De vrais « Stars » tout le monde veut nous prendre en photos. Après cette visite, nous repartons dîner, puis nous reprenons le bus pour faire une prestation dans une ville proche. Retour à l'hôtel à minuit.


Cliquez pour agrandir!Le lendemain matin, nous devons faire une représentation dans un parc de Pékin. Nous sommes avec les « Échassiers landais », la « Yoyette » d'Auvergne, les Gilles de Belgique et les Bretons; que des francophones. Chacun devant assurer un quart d'heure de spectacle. Cela nous permet de faire plusieurs danses. Retour à l'hôtel pour déjeuner et après-midi consacrée à la visite du Temple du ciel, sans costume, uniquement pour notre bon plaisir. Enfin un peu de repos, enfin presque... il fallait quand même suivre les guides, Françoise et Sophie, et être à l'heure, et les basques à l'heure.... vaste programme!




Cliquez pour agrandir! Les basques au repos dans le parc du mini-monde!Le lendemain départ de l'hôtel tôt le matin pour faire un spectacle au Parc du mini-monde. Ce parc est composé des principaux monuments de la planète reproduits en miniature; quel plaisir de retrouver notre bonne vieille Tour Eiffel, Notre Dame et l'Arc de Triomphe. Le temps est superbe, le parc est joli et fleuri, c'est une bonne journée où nous devons quand même assurer 8 minutes de spectacle. Là nous retrouvons plusieurs autres groupes étrangers: Japon, Corée, Phillipines, ... Nous apprécions leurs prestations.


Brigitte devant la réplique de la Grande Muraille au parc du mini-monde!Pour nous faire plaisir les organisateurs ont prévu pour le repas du midi..... des hamburgers et du coca! Bof, la cuisine chinoise est quand même meilleure, mais l'intention est louable. Nous faisons remarquer aux organisateurs que le « McDo » c'est pas ça et nous les complimentons sur leur cuisine. C'est vrai, nous avons durant ce séjour, toujours fait d'excellents repas, les serveurs compréhensifs nous amenaient même des fourchettes en cas d'incompatibilité fonctionnelle avec les baguettes. Nous quittons ce parc à 15 heures et nous retournons sur Pékin pour une visite de la place Tian An Men. Retour le soir à l'hôtel.






Audine, Brigitte, Gérald, Albert au parc du mini-monde!Le lendemain c'est déjà le départ de Pékin pour Wu-Han. Mais nous sommes libres jusqu'à 16 heures. La plupart d'entre nous part visiter la Cité Interdite et faire du shopping.
Le rendez-vous doit être respecté, nous devons prendre le train de nuit pour notre prochaine destination. Nous serons tous à l'heure.
Mais les organisateurs ont prévu très large et nous avons beaucoup d'avance à la gare: nous sortons les instruments de musiques et nous nous mettons à danser au milieu de la salle d'attente de la gare avec d'autre groupes, les chinois sont surpris mais nous arrivons quand même à en inviter quelques uns à nous rejoindre.





Deuxième étape Wu-han (Ourane)
L'organisation nous avait réservé la classe dure, il n'existe pas en Chine de première ni de deuxième classe, un héritage du communisme; mais une classe dure qui correspond à la deuxième classe et la classe molle correspondant à la première.
L'hôtel à Pékin fut impeccable mais pour le train ce fut ...économie, économie... Il faut dire que nous occupons pratiquement tout le train. La nuit dans le train couchette est mémorable. Chacun ayant reçu son petit panier repas, mais cela n'est pas franchement appétissant, alors c'est l'occasion pour tout le monde de sortir de son sac toutes les bonnes choses que nous avons emmenées de France, saucisson, gâteaux, bouteilles, etc.. Tout le monde a partagé son trésor, les bouteilles voyagent de cabine en cabine suivies par tout le reste. L'ambiance monte dans le train...










Dans le train entre Pékin et Wu hanTout cela se termine dans le wagon restaurant où le climat est plutôt torride, musique, bouteilles, tout le monde danse, il y a des casquettes de contrôleur sur les têtes des folkloristes, etc.... Un bazar monstrueux jusqu'à 2 heures du matin, même les sièges doivent encore s'en souvenir. Mais il faut rester raisonnable..... il y a encore des prestations à fournir!
A Wu-han, les groupes sont dispersés, car il n'y a pas d'hôtel assez grand pour y mettre tout le monde. Nous nous sommes retrouvés avec un groupe du Moyen-Age EPONA, mais non.... les danseurs n'étaient pas nés en 1254 mais ils représentent cette époque; et 4 Suisses qui jouent du cors des Alpes, hébergés à l'hôtel Wuhan Changhang, où nous sommes traités comme des coqs en pâte (coup de pub... ).








Sculpture qui nous attendait lors du repas avec le maire de Wu hanLe temps d'aller à l'hôtel, de s'installer, de dîner, d'assister à la grandiose réception officielle avec le maire, pas moins de 25 plats différents nous sont proposés lors de ce repas. Pas le temps de récupérer de la nuit; le soir est venu et nous devons faire un défilé sur une avenue qui longe le fleuve Yang Tsé. La distance et le temps de passage devant les officiels sont identiques à ceux de Pékin.
Comme d'habitude nous sommes en place 1 heure 30 avant le début du défilé et c'est l'attente... Cela permet de faire un petit tour et de voir les groupes des autres pays. Ah! enfin, ça avance... nos fameuses 90 secondes devant les officiels et hop c'est parti pour 3 kilomètres, alignement, sourires, .... cela n'a pas duré longtemps.... les forces de l'ordre sont débordées par la foule. D'après la police il y a 1 million de personnes, d'après les syndicats on ne sait pas... Il est impossible d'avancer correctement, plus question d'alignement. Tous les spectateurs se pressent autour de nous avec une seule envie, nous dire bonjour et nous serrer la main. Incroyable! On est tous passé du statut d'inconnu à celui de Président de la République..... Nous avons quand même réussi, au milieu de tout cela, à effectuer quelques danses, surtout vers la fin du défilé lorsque la foule est moins dense. Nous avons bien mérité notre nuit de sommeil. Dure dure la vie d'artiste.....








Le Temple de la Grue JauneLe lendemain, nous sommes attendus dans un parc au bord du Lac de l'Est pour faire des photos avec les autres groupes. Nous assistons à un spectacle de danses du groupe folklorique local de Wu-han. Une fois les photos faites chacun dispose de 2 heures, après la folie de la veille, c'est reposant.
Ensuite l'après-midi, nous visitons le Temple de la Grue jaune, le symbole de la ville, accueil royal par des chinois en costume traditionnel qui nous offrent une demi heure de spectacle.
Le soir nous retournons le long du fleuve Yang Tsé pour un spectacle sur scène de 15 minutes. L'ambiance est très différentes de la veille, Plusieurs podiums sont prévus et la foule n'est pas aussi nombreuse et mieux répartie.














Groupe chinois nous accueillantLe lendemain nous sommes attendus pour la fête du quartier Chang Qing garden. L'accueil, encore une fois, est royal, musiques, costumes, danses, spectacles, tout est organisé en notre honneur. Nous visitons toutes les infrastructures du quartier, la crèche, l'école, les salles de sport, divers clubs, (souvenir d'une bonne partie de tennis de table où je ne suis pas ridicule....). C'est très chaleureux et convivial, l'anglais sert beaucoup dans ces moments là, et c'est un véritable plaisir de converser sans barrière.












Thierry et BrigitteLes bagages ayant dû être enregistrés pour le train de nuit, nous ne pouvons danser en costume devant cette immense foule venue nous accueillir. Dommage! Mais en échange notre Thierry leur chante une chanson basque à la guitare.
Voilà, le soir le voyage se termine pour certains d'entre nous, obligés de repartir vers Paris, quelques autres prolongent leur séjour à Shanghaï et ses environs, en touriste.
Un très grand merci à nos accompagnatrices chinoises qui ont eu beaucoup de patience et de gentillesse envers nous tous. Françoise, Qu Ping.et tous les autres qui se sont occupés de nous pendant ce séjour.
Écrivez Nous!
Mise à jour le dimanche 5 juin 2005


Mais qu'est ce que c'est? C'est un Makila, un bâton d'aide à la marche qui cache une arme redoutable dans son pommeau, une danse lui rend hommage. Croix basque verte Mais qu'est ce que c'est? C'est un Makila, un bâton d'aide à la marche qui cache une arme redoutable dans son pommeau, une danse lui rend hommage.

© Droit de copie réservé 1999-2005 Christian LASNIER